jeudi 4 juillet 2013

Etape 03 *** : Lyon - Aix-les-Bains (Savoie) 132km




Jeudi 13 juin 2013



Lors de cette 3 étape, je prenais la direction de l'Est, et pour la première fois, de véritables reliefs. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, je n'eus juste qu'un col à franchir, et il est possible d'aller de Lyon à Aix-les-Bains en ne faisant quasiment que du plat !

La météo fut ensoleillée et chaude, très chaude! Mon premier vrai coup de chaud.

Première agréable surprise du jour : la sortie de Lyon.
Sur 15 kilomètres, de la gare de la Part-Dieu jusqu'à Meyzieu, il est possible de quitter Lyon par une bel aménagement cyclable longeant une ligne de tramway. C'est toujours plus agréable que les larges avenues aux feux réguliers.

Place Bellecour, Lyon



La bande cyclable en quittant Lyon

La route cyclable vers le Grand Large, étendue d'eau dans la banlieue lyonnaise.


Puis une route plutôt passante jusqu'à Pont-de-Chéruy (Isère).


Avant le premier véritable souci de ce périple, à Tignieu-Jameyzieu : la casse de mon levier de vitesse arrière... par chance, cela m'arriva avant les Alpes, et à 2km d'un Intersport qui proposait le matériel de remplacement. Cette casse ne m'empêchait pas de rouler, mais concrètement, en lieu et place de mes 27 vitesses, je n'en avais plus que 3: dans telles circonstances, je n'aurais jamais pu faire la moindre côte !

Par conséquent, 2 heures de pause imposée, dans une zone commerciale plutôt grande, où j'en ai profité pour me restaurer.

En quittant Tignieu:

Crémieu:



Puis j'ai repris la route vers le beau village de Crémieu (Isère), avant de faire une côte bien raide de 1km à 11% vers Dizimieu, toujours plein est, et sous un franc et chaud soleil.
15km de petites routes de moyenne montagne vers 350m d'altitude, avec de beaux paysages, notamment sur le massif du Jura.

Vers Soleymieu (Isère) :


Avant d'arriver à Morestel, dernière bourgade avant 40km. Idéal pour se rafraichir par cette chaleur.


Puis, toujours direction Est, j'ai traversé le Rhône pour retrouver le département de l'Ain, pour prendre la via Rhona, une vélovoie de plusieurs centaines de kilomètres, qui à terme ira de Genève à Marseille.
Prise sur 40km jusqu'à Yenne, totalement sécurisée et plate (sauf les ponts) elle offre des paysages grandioses entre les massifs du Jura à gauche et des Alpes à droite.

Le Rhône




Toujours sous une chaleur écrasante dépassant les 40° au soleil, jusqu'à Yenne (Savoie).

Tunnel de la Balme, avant Yenne
 

Yenne



Dans cette ville, deux possibilités s'offraient à moi : soit je continuais plein est vers le lac du Bourget et je faisais un col, soit je remontais au nord pour continuer sur du plat, pour un détour de 20km.

Après hésitations, je choisis la première solution, pour 2 raisons : la première parce que je voulais arriver au plus vite avec un ciel orageux se préparant, la deuxième pour me tester dans un vrai col, le col du Chat.

A la sortie d'Yenne, sur une route très passante, je pris donc la direction du tunnel et du col du Chat. Qui commence d'abord par un gros faux plat crescendo de 6km, avant la vraie difficulté du col proprement dit : 3,5km à 8% de moyenne... un vrai col de 2e catégorie, mon premier vrai col alpin (même si en réalité ce col ne fait pas partie des Alpes, mais du Jura), lesté de 20kg de bagages, faut-il le rappeler.

Vue ouest au col du Chat

Au sommet


Arrivé au sommet, un peu en mode 'contre la montre' car faisant la course avec un gros nuage noir derrière moi, je plongeai de suite dans une belle descente très technique et à la vue spectaculaire sur le lac du Bourget, pour le contourner jusqu'à Aix (à vol d'oiseau à 4km du col, par la route à 20km).

Panorama sur le lac du Bourget

Arrivé au Bourget-le-Lac, l'orage me rattrapa, et c'est sous une grosse pluie et 15 degrés de moins que je finis l'étape, sur une route cyclable absolument plate, un peu glissante par endroits, par la voie lacustre, dit autrement sur les rives du lac.



Au total : Distance 132km, moyenne 18,2km/h

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire